Fonctionnement

Le Groupe Français des Zéolithes est une association régie par la loi du 1er juillet 1901.

Cette association a pour buts de promouvoir et dynamiser les recherches fondamentales et appliquées liées à la science des zéolithes et solides microporeux.

Bien que les statuts de l’association aient été déposés en 1991, la création d’un « Groupe Français des Zéolithes » a été décidée lors d’une réunion qui s’est tenue à Chantilly en 1985 sous le patronage de la Division Catalyse et Chimie Physique de la SFC (voir extrait de l’Actualité chimique de septembre 1985). Depuis cette date, la communauté française des zéolithes s’est réunie annuellement à travers la France.

L’association est dirigée par un conseil de neuf membres, appelé comité du GFZ, élus par l’Assemblée Générale qui se déroule tous les ans lors de la réunion scientifique annuelle.

Le Conseil d’Administration choisit parmi ses membres, au scrutin secret, un bureau composé de :

  • Un président
  • Un secrétaire
  • Un trésorier

Le Conseil est renouvelé par tiers tous les ans.

Le bureau du GFZ est actuellement composé de :

Jean Daou : président et représentant du GFZ auprès de la FFM

Jean Daou, repésentant GFZ au FFM

Jean Daou, Professeur des Universités à l'ENSCMu-UHA (IS2M UMR 7361). Après une thèse à l’IPCMS sur la synthèse et fonctionnalisation de nanoparticules magnétiques réalisée sous la direction de S. Begin (2007), j'ai rejoint en 2007, le LETI-CEA Grenoble pour un post doctorat dans le domaine des traceurs optique pour l’analyse en préclinique. En 2008, j’ai été recruté en tant que MCF à l'ENSCMu-UHA (IS2M UMR 7361), j'ai développé des projets liés à l’élaboration de matériaux à porosité contrôlée pour des applications en catalyse, adsorption et protection de l’environnement. En 2016, j'ai été nommé Professeur à l'UHA/ENSCMu/IS2M. Depuis 2016, je coordonne les relations recherche au sein de l’ENSCMu et je suis animateur scientifique de l’axe MPC. Mes activités de recherche sont essentiellement centrées autour de trois axes. Le premier concerne la synthèse de matériaux poreux à distribution de taille contrôlée (nanoparticules, nanofeuillets, nanoéponges, matériaux hiérarchisés) et l’étude de leurs propriétés de surface et microstructurales. Le deuxième axe traite de la mise en forme de ces oxydes (films, membranes, billes, pastilles,…). Le troisième axe s’oriente vers l’utilisation de ces matériaux dans divers domaines tels que le stockage de l’énergie et la décontamination moléculaire.

Ces travaux ont permis de développer une large sphère de compétences, depuis les nanomatériaux et les procédés associés et la caractérisation jusqu’à leur intégration et leur étude dans différents domaines. Ces travaux ont fait l’objet de 65 publications dans des revues internationales à comité de lecture (Facteur H = 17), 9 brevets, 1 chapitre, 21 communications orales, 8 conférences invitées, 2 keynotes.

Depuis le 1er décembre 2021, je suis responsable R&D chez Aptar CSP Technologie.

Christophe Bouchy : secrétaire

Christophe Bouchy est ingénieur de recherche dans la Direction Catalyse et Séparation d’IFPEn et chef de projet pour le centre de résultat Procédé d’IFPEn. Il est titulaire d’un Magistère en Matériaux aux Propriétés Physiques et Electroniques Particulières de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg (1994). Il a obtenu un doctorat en Sciences des Matériaux de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg (1998) avant d’effectuer un séjour postodoctoral au Leverhulme Centre For Innovative Catalysis de l’Université de Liverpool (1999-2000). Il a ensuite rejoint l’IFPEn en 2001. Ses travaux de recherche actuels sont orientés vers la mise en œuvre de différentes zéolithes dans des catalyseurs industriels employés dans les domaines du raffinage et de la pétrochimie ainsi que dans la valorisation de la biomasse. Il a déposé plus de 50 brevets et est co-auteur de 43 publications dans des journaux à comité de lecture (H-index = 17).

Emily Bloch : trésorière

Emily Bloch, trésorière GFZ

Emily Bloch est Ingénieur CNRS au laboratoire MADIREL depuis décembre 2009. Elle fait partie de l’équipe “Energie et Adsorption : Poudres et Matériaux Poreux” (EnAP), dont les objectifs scientifiques sont : (i) la caractérisation des matériaux poreux et pulvérulent via des méthodes d’analyse thermique, d’adsorption de gaz ou de vapeur, (ii) la compréhension des phénomènes d’adsorption sur des matériaux nanostructurés et/ou nanoporeux, principalement en vue d’application dans le stockage et la séparation de gaz.

Elle a réalisé son doctorat, portant sur l’« Elaboration contrôlée de nouveaux matériaux mésoporeux pour l’adsorption de CO en présence de CO2», sous la direction de Philip Llewellyn et de Virginie Hornebecq au laboratoire MADIREL et à l’Université de Provence de 2006 à 2009. Puis elle a obtenu un poste d’ingénieur d’étude CNRS au laboratoire MADIREL.

La caractérisation des solides poreux par adsorption constitue le point fort de ses activités de recherche. Elle est responsable technique de la caractérisation texturale des matériaux poreux et pulvérulents. Avec l’équipe EnAP elle peut développer des dispositifs expérimentaux originaux, notamment pour des mesures d’adsorption haut débit, ou pour des couplages entre adsorption et microcalorimétrie. Les applications couramment visées par ces recherches concernent la capture et la séparation des gaz et des vapeurs.

Emily Bloch participe à la formation CNRS-Entreprises, dispensée tous les ans au MADIREL sur l’«Adsorption : application en caractérisation des matériaux et séparation/stockage des gaz».

Elle a 25 articles dans des revues internationales avec comité de lecture (Facteur H = 13), 1 brevet, et un chapitre de livre. Elle a présenté 10 communications orales dans des conférences internationales.

Nicolas Brun : webmaster

Nicolas Brun, webmaster GFZ Nicolas Brun a obtenu un doctorat en 2010, délivré par l’Université de Bordeaux et sous la direction de Rénal Backov, sur la conception, par chimie intégrative, de matériaux à porosité hiérarchique. Il a ensuite effectué deux années de stage postdoctoral au Max Planck Institute of Colloids and Interfaces (Potsdam, Allemagne) dans l’équipe de Magdalena Titirici sur la synthèse hydrothermale de matériaux carbonés.
En 2013, il a obtenu une bourse de recherche postdoctorale d’un an décernée par la Japan Society for the Promotion of Science (JSPS) lui permettant de travailler à l’université de Kyoto dans l’équipe de Kazuki Nakanishi. Depuis janvier 2014, Nicolas Brun est chargé de recherche CNRS (CRCN) affecté à l’Institut Charles Gerhardt (Montpellier, France). Il s’intéresse à la conception de matériaux carbonés à porosité multi-échelle, notamment biosourcés, pour des applications en dépollution, énergie, électrocatalyse et biocatalyse.
Il a déposé six brevets, a coécrit 60 articles dans des revues internationales avec comité de lecture, six chapitres de livre et coédité un livre (H-index = 28).

Louwanda al Lakiss

Louwanda Al Lakiss diplômée de l’université de Haute Alsace à Mulhouse, est une ingénieure de recherche CNRS au laboratoire de Catalyse et Spectrochimie à Caen. Elle a obtenu son doctorat en chimie des matériaux en 2006 sous la direction de Joël Patarin. Ses travaux de recherche sont focalisés sur la synthèse et la mise en forme des zéolithes ainsi que leur caractérisation avancée par spectroscopie infrarouge et l’étude de leur réactivité catalytique. Elle est la responsable technique des plateformes « Synthèse » et « Réactivité » au LCS. Elle est co-auteur de 37 publications dans des journaux à comité de lecture.

Ludovic Pinard : en charge de la rédaction d’ouvrage

Ludovic Pinard, rédaction ouvrage GFZ

Ludovic Pinard est Maître de Conférences à l'École Nationale Supérieure de Chimie de Poitiers (ENSIP). Après un doctorat à l'Université de Poitiers dans l'équipe dirigée par M. Guisnet, sur l'élimination catalytique des composés organiques volatils (2002), il rejoint en 2003, l'équipe de J. Barrault en tant que Maître de Conférences.
Il a travaillé pendant 5 ans dans le domaine de l'élimination des COV en couplant un plasma non thermique à la catalyse. En 2008, il a changé de thématique de recherche pour développer des projets liés à la synthèse de carburants alternatifs ainsi qu’à l’étude de la désactivation et de la régénération des catalyseurs. Il est également impliqué dans l'évaluation catalytique des zéolithes pour le raffinage et la pétrochimie. En 2014, il a passé une année comme professeur invité à l'Université de Sherbrooke (Canada) afin de développer des compétences en valorisation énergétique de la biomasse.
Il est coauteur de plus de 50 publications internationales, 5 brevets et 1 chapitre du Livre (H-index = 16).

Benoît Louis : représentant du GFZ auprès du comité de pilotage de l’ICC 2024

Benoît Louis, 43 ans, est Directeur de recherche 2è classe au CNRS et effectue ses recherches à l’Institut de Chimie et Procédés pour l’Energie, l’Environnement et la Santé (ICPEES), UMR 7515 du CNRS et de l’Université de Strasbourg.

Benoît Louis GFZ

Il a réalisé ses travaux de thèse à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Prof. A. Renken, L. Kiwi-Minsker) portant sur le développement de lits catalytiques structurés à base de zéolithes pour effectuer des oxydations ménagées en phase gazeuse. En 2002, il rejoint le groupe du Prof. J. Sommer à Strasbourg pour un séjour post-doctoral durant lequel il a développé une méthode de caractérisation de l’acidité de BrØnsted de divers solides utilisant le marquage isotopique H/D. Après un ATER à l’Ecole de Chimie, Polymères et Matériaux de Strasbourg, il entre au CNRS en 2004 en qualité de chargé de recherche au sein de l’ICPEES.

Ce chercheur multidisciplinaire, « touche à tout » de la catalyse hétérogène, développe des voies de synthèse de zéolithes à façon pour des applications en catalyse acide, se focalisant sur un design à triple échelle allant du site actif au réacteur.

Entre 2010-2017, au sein de l’Institut de Chimie Strasbourg (UMR 7177), il participe au sein de l’équipe du Prof. P. Pale, à l’application des zéolithes en chimie organique. Un dopage maîtrisé du solide poreux par des métaux (Cu, Ni, Ag, Sc) a notamment permis de réaliser des réactions de manière plus éco-compatible. Benoît Louis compte près de 120 publications, 3 brevets, 4 chapitres de livre et de nombreuses conférences invitées.

Julien Reboul : représentant du GFZ auprès du comité de pilotage du FCCat

Julien Reboul, organisation réunion GFZ 2017

Julien Reboul est chargé de recherche au “Laboratoire de réactivité de surface” (LRS) situé au sein de l’Université Pierre et Marie Curie, Paris, depuis novembre 2014.
Il a obtenu un Master 2 de chimie des matériaux de l’université Montpellier II. Il a ensuite accomplit un doctorat au sein de l’Institut Charles Gerhardt de Montpellier (ICGM) sous la direction de Corine Gérardin et Patrick Lacroix-Desmazes, qu’il a achevé en 2009. Ce doctorat portait sur la synthèse et l’étude de l’assemblage de copolymères polyioniques et leur utilisation en tant qu’agents structurants de matériaux siliciques. Une mission postdoctorale lui a permis de travailler au sein du projet ERATO (JST) « Kitagawa Integrated Pores Project » et de l’ « Institute for Integrated Cell-Material Sciences » (WPI-iCeMS) à Kyoto (Japon) jusqu’en 2014. Il travaillait alors sur la structuration de polymères de coordination poreux (MOFs).
Ses recherches se concentrent aujourd’hui sur la synthèse de catalyseurs solides poreux, basée notamment sur l’utilisation de polymères de coordination poreux et de biocatalyseurs. Il est membre du bureau du Groupe Français des Zéolithes depuis mars 2015.

Stijn Van Daele

Stijn Van Daele

Stijn Van Daele fait partie de l’équipe « Intelligence Scientifique & Technologique » de TotalEnergies OneTech Belgium à Feluy, Belgique. Il est titulaire d’un Master en Chimie Organique de l’Université d’Anvers, Belgique (2014). Il a obtenu un doctorat en Sciences des Matériaux de l’Université de Caen Normandie (2018) avant d’être embauché par TotalEnergies dans la branche recherche et développement comme ingénieur de recherche en catalyse hétérogène (2018-2021). Ses travaux de recherche sont orientés vers la découverte et l‘analyse des nouveaux procédés pour la transformation des matières premières d’aujourd’hui et de demain. Il s’intéresse à la caractérisation avancée des catalyseurs, l’effet de la mise en forme sur la performance, et des corrélations structure-propriétés. Il a déposé plus de 5 brevets et est co-auteur de 6 publications dans des journaux à comité de lecture.

 

 

 

 Denise Barthomeuf, L’actualité Chimique, Septembre 1985, p. 10 (reproduit avec l’aimable autorisation de l’Editeur)

Réunion GFZ 1985

Réunion GFZ 1985

Rechercher

Inscription newsletter

Espace bureau

Please publish modules in offcanvas position.